Archives /// 1999/2000

Le Rôdeur

DE ENZO CORMANN CIE LES OISEAUX DE PASSAGE
Mise en scène de Charles Lee
Avec Patrick Mons Mise en lumière : Charles Lee et Dominique Fataccioli. Coproduction Les Oiseaux de Passage, la Compagnie Maintenant Die, et le Festival «Les Nouvelles du Conte » de Bourdeaux.

Quand j'ai lu «Le Rôdeur», de Enzo Cormann, j'ai eu l'impression de découvrir un OTNI (Objet Théâtral Non Identifié)! Certes je savais - de longue date que Charles Lee était un peu fou. Mais, cette fois-ci, les enjeux étaient d'une taille impressionnante. Comment ce diable d'homme allait imaginer une mise en scène en adéquation avec ce texte forgé de brisures syntaxiques, de langue en osmose avec le mystère suintant de l'oeuvre de Cormann? En outre, comment ce démiurge allait-il dénicher le comédien capable d'une telle «rentrée» souterraine, presque terne... Une démence grise, en quelque sorte, d'autant rlus dangereuse quand elle s embrase .et rougeoie soudainement... Comment allait-il aider cet élu à endosser l'enveloppe physique et mentale de Jo? Et lui, l'acteur, comment allaitil incarner ce clochard qui pense que «le travail , ca coùte trop cher», cet asocial qui affirme, péremptoire: «Ma maison, c'est ma t ête» mais qui a peur, comme un enfant, des «ombres qui sont comme des toiles d'araignée avec des sortes de griffes»? Mais peut être après tout veut-il simplement voler dans le ciel, avec demain, son faucon? Vincent Cambier

Théâtre / Theater / Teatro / TeaTp du Bourg-Neuf . 5-7bis rue du bourg-neuf . 84 000 . avignon . france